R evisitant pour le site voyage-images.com quelques films ayant trait au voyage, j’ai regardé attentivement le film français de Marc Esposito Toute la beauté du monde avec l’espoir de retrouver la sensation que j’avais éprouvée en débarquant à Bali quelques années auparavant.  Je sais que bien des voyageurs (et 650.000 spectateurs en salle) ont fortement apprécié ce film, mais pour ma part, j’ai décroché rapidement ou plus exactement, je n’ai jamais accroché au ton du film, et me suis ennuyé ferme, sentiment probablement renforcé par la durée relativement longue de ce « conte » (1H45) qui aurait pu économiser sans difficulté 20 à 30 minutes de scènes poussives qui s’étirent en longueur. Cela me fait toujours mal de critiquer un film français quand je sais combien les techniciens de nos écoles de cinéma sont talentueux. Mais un bonne technique seule ne fait pas un bon film.

 

 

 

Il faut dire que le « scénario » est pauvre, et ne rebondit jamais à partir d’un postulat indigent, limitant l’intrigue. L’histoire : Franck (Marc Lavoine) rencontre Tina (Zoé Félix) et éprouve bien des sentiments pour elle, mais l’homme de sa vie vient de mourir. Tandis que Tina , dépressive, tente de se ressourcer à Bali,  Franck qui connaît bien l’île, lui sert de guide, et plus si affinités… Tina finira-t-elle par aimer Franck ?…

Problème, sur ce postulat déjà limité, l’histoire d’amour est cousue de fil blanc, étiolant l’intérêt du film à mesure qu’il progresse. Les situations et les dialogues sont creux, et parfois d’une niaiserie déconcertante (comme dans ce dialogue emphatique où Marc Lavoine s’adresse à Zoé Félix : en moto, c’est fantastique, on est dedans, on va partout, on fait corps avec la nature, on la traverse, on sent tout, le soleil, le vent, la fraîcheur….). C’est un florilège rarement vu de phrases ridicules : il faut croire que dialoguiste, c’est un métier, M. Esposito.

Pire : il se dégage des expat’s (interprétés par Jean-Pierre Darroussin et Albane Duterc) une vision de parvenus dans leur riche propriété balinaise. « L’entre-soi » entre Jean-Pierre Darroussin, sa compagne et Marc Lavoine, qui joue quand même le séducteur aux yeux revolver, met mal à l’aise. On espère naïvement que le réalisateur à travers Zoé, va finir par renverser la table, ou que les personnages vont s’opposer d’une façon ou d’une autre. On compte sur Zoé Félix pour leur dire à tous qu’ils sont naïfs de croire que c’est en sortant des belles phrases et en faisant de jolis tours à moto, qu’on sort d’une dépression. Il y avait là au moins l’opportunité de fair rebondir le film. Même pas. Même pas…

Aveuglé par son amour pour cette île de beauté asiatique (adoration que le réalisateur a revendiqué dans plusieurs interviews), et par son scénario romantique, Marc Esposito accentue au contraire la caricature dans laquelle il enferme ses propres acteurs. Jusqu’à nous infliger le parcours de Bali à moto, avec la totale du cliché : iPod dans l’oreille, lunettes de soleil, et cheveux au vent.

Bref, il faut sans doute être un lecteur condescendant de la collection Harlequin doublé d’un spectateur assidû des Feux de l’Amour pour voir du romantisme là où il s’agit plutôt d’un sacré manque d’inspiration scénaristique. En tout cas, une certitude : aimer Bali (ce qui est mon cas) ne suffit pas à aimer le film. Pour preuve.

Si j’évoque malgré tout ce film de 2006, ce n’est pas par masochisme ou méchanceté gratuite mais pour au moins deux raisons. D’abord Toute la beauté du monde est un des films existants depuis 50 ans qui montre le plus Bali, à défaut de le montrer le mieux. Il faut lui reconnaître cet atout. Un paradoxe quand on connaît l’opportunité qu’offre la beauté du décor de cette île, opportunité saisie par assez peu de films finalement. A titre de comparaison, le film Emmanuelle (l’un des premiers X français), tourné également à Bali, en montre 10 fois moins. Si je puis dire 🙂

Ensuite, c’est un film dont les décors naturels peuvent honnêtement donner envie de se rendre à Bali. Le film est dans ce cas à considérer comme un film-documentaire, travaillé par un bon chef’opérateur. Rares sont les films de fiction qui fonctionnent ainsi, sauf peut-être le cas d’Indochine de Régis Wargnier, qui se déroule également en Asie, dont les aspects documentaires sont nombreux, et qui, lui, réussit le pari de la fresque romantique.

 

Notez que Toute la beauté du monde ne s’est pas déroulé qu’à Bali « intramuros », mais aussi à Lombok, l’ile voisine, ainsi qu’en Thailande et à Arles, Saint-Rémy et en Camargue, là aussi principalement en décors naturels. Mais c’est tout de même Bali qui concentre la majorité des scènes extérieures. Toute l’île  est le lieu de tournage du film, et finalement, les lieux précis n’ont guère d’importance même si l’on reconnaît sur quelques scènes les terrasses de Rizières de Jatiluwih, le temple de Tanah Lot, ou encore la culturelle Ubud.

Avec la démographie et l’activité touristique galopantes (les seuls touristes français représentaient près de 130.000 touristes en 2014 à Bali), les rizières de Jatiluwih (qui signifie « vraiment merveilleuse ») ont bien (mal) évolué depuis l’époque du tournage du film en 2006. L’accès au site est de plus en plus « officialisé » avec billetterie obligatoire et tout le tralala. Bali ne produit même plus assez de riz pour sa propre consommation… ! Déjà, en 2007, le nombre de boutiques et de sollicitations touristiques était trop marqué.

extrait de Pour toute la beauté du monde de Marc Esposito

À Bali, certains lieux bénéficient d’un tourisme raisonnable, car sur cette île, plus qu’ailleurs, les touristes ont le réflexe de préférer les lieux que les guides mettent en exergue, et délaisser les autres. Pour ma part, j’ai trouvé un endroit aussi tranquille que beau vers l’Ouest de l’ïle, à Balian Beach, d’où j’ai pu composer ces photos. Il y a en a plein d’autres à faire !

Bali , la GoPro et les spots de surf

Voici la première partie d’un petit montage que j’ai réalisé en 2007 sur Bali. Une musique occidentalisée (de Norah Jones) démarre après une phase de « mise en ambiance »  de la vidéo. Je suis habituellement peu adepte de l’illustration musicale par des chansons américaines en terre asiatique car je trouve qu’elles sont déconnectées du terrain. Mais la célèbre chanson de Norah Jones était diffusée fréquemment dans un hôtel-restaurant où nous sommes allés trois ou quatre fois et cette musique a l’avantage de dater précisément l’époque où ces images ont été tournées.

La datation a son importance car regardez bien cette vidéo et ses surfeurs. Personne ne possède encore la moindre caméra embarquée !  Nous sommes en 2007 et la GoPro, bien que distribuée depuis 2005, n’a pas encore envahi le monde du surf. A cette époque, elle est distribuée au compte-gouttes, uniquement aux Etats-Unis, et Nick Woodman, le gourou de GoPro, est en train d’affûter sa stratégie commerciale après avoir donné sa caméra à ses amis sportifs qui, conquis, deviennent ses meilleurs ambassadeurs.

Je filme moi-même les surfeurs sur la plage de Balian Beach sans me douter un seul instant que la petite caméra (que je connais à peine) deviendra un accessoire de sport (presque) comme un autre quelques années plus tard et remportera un succès éhonté. Bref ici, il faudra attendre 1 à 2 ans pour que les surfeurs se l’approprient, mais cela ira très vite. D’ailleurs, dès 2009, il se vendra près de 3 millions de GoPro !