Le célèbre journal satirique paraissant le mercredi, est moins connu (des non-lecteurs) pour les Dossiers du Canard Enchaîné, véritable magazine papier documenté de 120 pages qui traite avec brio un thème différent chaque trimestre. Parmi les Dossiers de ces deux dernières années, le bio, la vie privé, les dingos du pouvoir, la malbouffe, ces très chers banquiers, etc.

En forme de clin d’oeil à la chanson de Jacques Dutronc (1,4 milliard de touristes ! Et moi, et moi, et moi…), ce dossier du mois de juillet 2019 décortique l’envers du décor du tourisme, les arnaques des comparateurs de vols, les hôtels surbookés et les destinations surfréquentées. Car avec 1,4 milliard de touristes qui consomment du voyage, il est de plus en plus impérieux de lutter contre les désagréments du tourisme de masse.

Le Canard donne un coup de bec au passage à quelques Institutions du voyage que sont le Routard, le Lonely Planet et Tripadvisor ! Voici les thèmes abordés parmi ceux qui m’ont le plus marqué.

 

Le Canard aborde entre autres les galères téléphoniques avec Go Voyages ou les méthodes incroyables des commerciaux de la célèbre grenouille verte qui tentent de fourguer des voyages au prix fort via leur hot line censée dépanner leurs clients.

Sidérants aussi, les Musées de l’Europe de l’Est qui malgré leur passé sulfureux (goulag), attirent un nouveau tourisme, proche du Tourisme noir, ce tourisme des catastrophes (visiter Tchernobyl…), révélé dans un autre article. Les journalistes du Canard s’attardent aussi sur les dérives du chamanisme en Amazonie… ou encore sur le cas atypique de North Sentinel dans les ïles Andaman, une peuplade reculée que les autorités (indiennes) ont décidé de laisser définitivement tranquille !

Déstabilisante, la situation de l’Italie qui doit lutter de toutes ses forces pour que ses sites les plus emblématiques (La cité des Doges, la Chapelle Sixtine, les Cinque-Terre…) ne se transforment en cauchemar touristique, tant l’afflux de visiteurs devient incontrôlable. 

A l’heure des réflexes écologiques de bon sens, le Canard dénonce également les méfaits de certains croisiéristes et de leurs paquebots luxueux géants : pollutions à quai, nuisances inconsidérées vers les grands pôles de l’Arctique et Antarctique… sans jeu de mot, ça fait froid dans le dos ! Malgré l’impact négatif du Costa Concordia en 2012, le nombre de voyageurs sur ce secteur ne cesse de croître, avec 105 nouveaux navires de croisières d’ici 10 ans et de futurs bateaux qui pourront accueillir jusqu’à 10.000 passagers !

Le Canard ne fait pas que dénoncer, il interroge et s’interroge. Ainsi le tourisme favorise-t-il la démocratie ou cautionne-t-il les despotes ? Sur ce sujet de dissertation quasi philosophique, le palmipède égrène les arguments en choisissant deux pays emblématiques : la Birmanie et les Maldives. Et en plaçant le focus sur la Corée du Nord et ses 400 touristes / an très surveillés. Un dossier évidemment passionnant.

L’article sur la propension grandissante des Chinois à visiter la France est aussi très bien documenté. On y apprend qu’Aéroports de Paris propose des dessertes directes vers les villes moyennes chinoises comme Fuzhou qui compte tout de même… 9 millions d’habitants !

En guise de dessert, le Canard s’arrête aussi sur la façon stupéfiante dont s’organise un périple sur… un cargo commercial, qui contrairement à ce qu’on pourrait croire, est plus coûteux qu’un voyage en paquebot ! Notez que cet article est particulièrement bien documenté par le Canard…Bref, un Dossier du Canard truffé d’infos qu’il ne faut évidemment pas lire si vous n’avez pas l’esprit un peu caustique. Le tout est agrémenté des fameux dessins du Canard, dont certains sont franchement drôles. Et le tout est servi sans pub, fidèle à la tradition de l’hebdomadaire satirique.

Seule impasse que les Dossiers ont omis de traiter, les méfaits des instagrameurs (euses) sur le tourisme. En effet, en mettant en avant des lieux tranquilles ou naturellement très beaux – parfois une simple rue – certaines starlettes d’Instagram propulsent leurs dizaines de milliers de followers vers ces points de ralliement, en générant un afflux touristique disproportionné qui modifie la vie des riverains ou nuisent à la préservation de la flore.

Vous trouverez également un mini-dossier de 12 pages, sans rapport, sur les Présidents et le sport.

Les Dossiers du canard enchaîné

1, 4 milliard de touristes ! Et moi, et moi, et moi…

N°152 – Juillet 2019
Prix : 6 euros
Pagination : 124

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *