R

Le Chene French Cuisine. Ce restaurant, situé sur la côte Ouest des États-Unis, sert de décor à une des scènes phare du film Duel de S. Spielberg sorti en 1971, magistralement mis en scène à partir d’une nouvelle de Richard Matheson. D’accord, le film comporte bien plus d’une scène mémorable, mais chacun se souvient probablement de ce restaurant routier dans lequel le héros ordinaire incarné par Dennis Weaver cherche un peu de tranquillité, après un dérapage (plus ou moins) incontrôlé pour échapper au camionneur psychopathe. Le répit sera de courte durée. Le temps d’aller aux toilettes se rafraîchir, le héros constate avec stupéfaction et angoisse à son retour, que le camion tueur s’est garé devant le restaurant dans lequel il se trouve ! Voilà qu’il se met à dévisager chacun des routiers attablés, dans une paranoïa bien légitime.

Je vous avoue nerveusement que ce film m’a tellement impressionné (au sens filmique et psychologique du terme) à son premier visionnage que chaque fois qu’un camion s’est retrouvé dans mon rétroviseur, les images du film me sont revenues comme un boomerang.

Spielberg avait souri à la lecture des critiques de cinéma de l’époque. Dithyrambiques, beaucoup de commentateurs avisés, particulièrement en Europe, avaient vu dans l’opposition entre le commercial ordinaire et le camion fou, de nombreuses paraboles sur les luttes intestines de la société américaine. Paraboles dont Spielberg avait juré qu’elles étaient complètement fortuites ! Aujourd’hui, en 2020, on pourrait d’ailleurs y voir un autre Duel qui se joue au pays de l’Oncle Sam.

Le Chene French Cuisine existait vraiment du temps de Spielberg mais sous un autre nom (« Chuck’s cafe ») qu’une observation attentive (pancarte) permet d’apercevoir plusieurs fois. L’ironie du sort et le destin incroyable de cet établissement est que le rendez-vous un peu miteux pour camionneurs américains crasseux est aujourd’hui un restaurant haut de gamme plutôt luxueux, et ce, depuis 1980.

La consonance française du nom du restaurant tient au fait qu’on y sert une cuisine raffinée traditionnelle d’origine française, avec de succulents vins promet le propriétaire, un certain Juan Alonso. Une clientèle d’habitués vient y consommer des escargots, filet mignon au poivre (le plat le plus demandé) , stuffed mushrooms, french onion soup, peach Melba, un Salt Creek Grillé ou même des plats végétariens. Le tout sans aller en France se plait à dire le propriétaire un brin malin.

La façade du restaurant a l’apparence d’un petit château. Mais pour être franc, malgré plusieurs visionnages complets de ce film, je fus tellement pris par l’action que je n’ai jamais remarqué ce détail.

 

Le restaurant est situé à une heure de Los Angeles près de Santa Carita, sur la Sierra Highway. Difficile de le louper paraît-il en raison de son décor un peu extravagant. La Sierra Highway a d’ailleurs servi à plusieurs scènes du film de Spielberg. La route a même inspiré plus tard quelques scènes du film Terminator de James Cameron.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *