Le Ricoh WG-50 photographie, voire même peut filmer en conditions hostiles. Bien que commercialisé au 2e semestre 2017, ce compact reste d’actualité car son successeur, le WG-60, lui ressemble fortement. Étanche par 14 mètres de profondeur, le Ricoh peut plonger théoriquement durant 2 heures, et résiste à 100 kg de pression  ainsi qu’au froid par -10°C. Il ne craint pas non plus les chutes d’une hauteur de 1,6 m. Enfin, il est insensible à la poussière et au sable. 

Le test du compact Ricoh WG-50

Les appareils aptes au grand plongeon ne se bousculent pas (Panasonic TS7, Olympus TG-5, FinePix XP120). La série WG accompagne les plongeurs depuis plusieurs années. Un nouveau modèle, le WG-60, vient d’ailleurs de sortir fin 2018.

Le Ricoh WG-50 dispose d’un zoom 5x surtout destiné à la photographie, car en vidéo, le zoom n’est pas exploitable en cours d’enregistrement,, seulement en position d’attente d’enregistrement.

En utilisation Photo, l’amplitude du zoom varie en fonction de la résolution : à 16 ou 12 Mp, on obtient un zoom 5x et à 7Mp ou 5Mp (en 16:9), 7.5x puis x8,9 en 5M (en 3:2 ou 4:3). Un zoom de moins bonne qualité dit « intelligent », peut atteindre un ratio 36x aux résolutions les plus modestes.

Notez qu’à l’allumage, le Ricoh se replace dans la position de zoom dans laquelle vous l’avez laissée.

L’une des atouts de ce boîtier est son aspect baroudeur. L’enveloppe étanche est calfeutrée par des joints toriques, surtout pour protéger la connectique et la trappe batterie / carte. Deux mouvements combinés sont nécessaires pour parvenir à ouvrir la trappe correspondante, l’accident est donc impossible. Il faut saluer l’autonomie de 2 heures sous l’eau qui va même au-delà de la durée de la batterie.

La qualité d’image est un peu décevante. Malgré un capteur CMOS 1/2,3″ de 16 Mpx, la qualité pâtit de l’ouverture faiblarde (à f/3,5-5,5). Le Ricoh a un rapport signal / bruit assez mauvais dans la pénombre en dépit d’une plage de sensibilités qui s’étend de 125 à 6 400 ISO. Le capteur de l’Olympus TG-5 est moins défini (à 12Mp) mais le processeur semble plus performant.

Mais le Ricoh est parfait pour un débutant… Seul l’Olympus TG-5 offre une meilleure résolution puisqu’il enregistre en 4K Vidéo, et ce, sans recadrage. Il intègre par ailleurs un GPS.

Un détail ergonomique appréciable, c’est la faculté de pencher le boîtier qui tient dans cette position, on peut ainsi visionner plus facilement ses images.

Ces modes sont en cohérence avec la cible de ce compact étanche, au prix modeste de 250 euros, il faut le rappeler.

Côté rendu sonore, celui du Ricoh est assez mauvais : souffle permanent durant la prise de vues, et voix très étouffées. Ces défauts sont assez fréquents sur ce type de boîtier étanche. Supprimer le vent est possible mais n’est pas conseillé en raison de la forte atténuation des fréquences graves.

Notez la bague protectrice (fournie) destinée à éviter de rayer l’optique. Au centre, on distingue 6 diodes dévolues à éclairer de façon continue un sujet pris en Macro. Ce procédé astucieux évoque le principe d’accessoires macro fonctionnant de la même manière.

équivalent 28mm – f3.5 au 1/160s – Iso 125

 

On apprécie le mode Macro qui évolue de 0.1 mètre à 0.6 mètres. Il existe aussi un retardateur et un Flash à 3 positions dont l’anti yeux rouges.

Côté vidéo, le WG-50 peut enregistrer en 1080p en 30 secondes, ou en 720p en 60 ou 30 secondes. Le 60p est préférable pour des ralentis. Sinon le 30p convient. Dommage que Ricoh n’ait pas intégré de 60p en FullHD. On peut aussi enregistrer en mode dit « haute vitesse ».

 

Un grand choix de programmes sur 2 pages est proposé. Parfois utile, parfois gadget (Animaux domestiques par exemple) mais on sait que ce genre de programme prêt-à-l’emploi plait aux néophytes. On apprécie les modes « Film aquatique » (vidéo) et « Sous-marin » (photo) qui sont programmés pour optimiser les couleurs et le contraste des images sous-marines. Les tons rouges qui sont atténués lors des prises sous l’eau à une certaine profondeur, sont ici renforcés, et la perte de contraste lié au manque de luminosité sous-marine, est renforcée.

On trouve aussi des programmes destinés à des prises de vues « Nocturne », l’intéressant mode Microscope, et le mode HDR qui combine 3 photos. Enfin on peut ajuster la tonalité des images (Lumineux, Naturel… etc.).

Les programmes en mode Lecture sont aussi bien diversifiés : diaporama, retouche yeux rouges, recadrage, et vrai mini-logiciel de retouche intégré.

Le Programme choisi peut influer sur la fonctionnalité de certaines touches. En clair, si vous optez pour le mode vidéo, le déclencheur principal devient un déclencheur vidéo !

Il existe un bouton vidéo pour démarrer l’enregistrement rapidement. Placé verticalement, il est moins accessible que le déclencheur standard.

Plusieurs accessoires sont disponibles, notamment la monture de fixation pour vélo O-CM1472 (28 €). Mais le pas de vis se situant à droite, le support manque de solidité pour fixer un WG-50. On recense aussi la sangle O-ST153 pour ne pas perdre sa boîte à images sous l’eau ! Inévitablement, on dénombre enfin des fixations pour loisirs aquatiques.

L’écran de 2,7 » est agréable mais non-tactile et évidemment non-inclinable. Sa modeste résolution (240.000 Kp, deux fois inférieure à celle de l’Olympus TG-5) s’explique par le fait que pour des vues de 16 Mp ou de la vidéo FullHD, il ne faut pas plus.

On notera l’affichage complet, incluant un histogramme !

On apprécie aussi la très bonne réactivité entre le moment où on allume le compact et le moment où on commence à photographier / filmer. Un bon point.

En théorie, la batterie permet de saisir 300 vues ou 90 min. de vidéo. Divisez le temps par deux, en tout cas pour la vidéo. La batterie se charge par câble USB en environ 120 minutes, une durée standard. Le chargeur mural est inclus.

La mise au point auto fonctionne bien, mais on salue spécifiquement la mise au point macro à 1 centimètre. La mise au point manuelle est plus difficile à manipuler (flèches haut-bas du pavé directionnel). La mise au point en vidéo peut se régler avant ou pendant l’enregistrement. La Détection de visages est aussi intégrée.

La stabilisation existe (« Movie SR ») est électronique et peu efficace en tout franchise.

Signalons la mémoire intégrée (en sus de la carte) mais en vidéo, elle ne vous permettra d’enregistrer que 34 secondes en 1920×1080. 

Un pas de vis de trépied (décentré vers la droite) permet de fixer le Ricoh sur un trépied ou une fixation mobile.

Exemples Photo du Ricoh WG-50

Voici quelques photos réalisées avec le WG-50.

équivalent 28mm – f4.2 au 1/800s – Iso 125

équivalent 28mm – f3.5 au 1/45s – Iso 200

équivalent 28mm – f3.5 au 1/80s – Iso 125

équivalent 28mm – f3.5 au 1/30s – Iso 1600

équivalent 28mm – f4.2 au 1/1500s – Iso 125

équivalent 34mm – f3.8 au 1/50s – Iso 200 – Macro

en Macro en 1:1 (3456 x 3456) équivalent 42mm – f4.2 au 1/50s – Iso 320

comparaison de vue en 1:1 (3456 x 3456) équivalent 28mm

la même vue en 16:9 (4608 x 2592) équivalent 28mm

Pour 250 euros, le WG-50 est intéressant compte tenu de son étanchéité et son aspect baroudeur. La bonne réactivité à l’allumage fait du Ricoh un rapide à dégainer. Le compact offre beaucoup de petites facultés et de nombreux modes programmes. Son zoom x5 à x7.2 est un atout ainsi que sa lentille cerclée de 6 diodes. On apprécie aussi la gamme d’accessoires de fixation dont des fixations aquatiques.

Côté moins, on regrette la qualité d’image moyenne de son capteur, surtout en vidéo, moins bonne que celle de l’Olympus TG-5 (mais plus cher). Enfin, le zoom est inutilisable à l’enregistrement vidéo et l’écran, est non-tactile.

Encore une fois, le prix attractif de 250 euros sauve le Ricoh et en fait un bon choix pour débutant.

Appareil photo d’extérieur complet
Construction renforcée pour terrain hostile
Etanche jusqu’à 14 m de profondeur
Résistance remarquable aux chocs ; résistance aux chutes de 1,6 m de hauteur
Résistance à l’écrasement jusqu’à 100 kg
Très bonne réactivité à l’allumage.
Résistance au froid jusqu’à -10 °C
Autonomie 90 min
mode Macro qui va de 0.1 mètre à 0.6 mètres.
Large gamme d’accessoires de fixation
Zoom optique 7.2x
La panoplie impressionnant de programmes
La bague protectrice pour la macro + les 6 diodes
Le zoom inutilisable à l’enregistrement vidéo
La qualité di’mage passable en vidéo
Le son quasi inaudible
Zoom dit « intelligent »
Absence de modes vidéo évolués
Rapport signal / bruit assez mauvais
La navigation du menu, très pénible.

Vidéo-test du Ricoh WG-50

Vidéo-test du Ricoh WG-50 par pentaxplus

TÉLÉCHARGER LES FICHIERS BRUTS DU RICOH WG-50

Le téléchargement des fichiers vidéo bruts est une exclusivité du site voyage-images.com en partenariat avec le site magazinevideo.com. Les fichiers sont stockés sur un serveur OVH qui comprend plus d’un To de données (au total). Un espace de stockage important est donc requis, c’est pourquoi le service est accessible aux abonnés Premium. Pour vous abonner à ce service (qui vous donne droit à tous les fichiers des deux sites et d’autres avantages), il vous suffit de créer un compte puis de vous abonner pour 29€.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *