P our l’anecdote, le « T » du TZ200 signifie « Travel ». Ce compact reste donc axé « voyageur » bien qu’il soit non tropicalisé (comme le bridge FZ2000 de la marque d’ailleurs), comprenez « pas prévu pour les fortes pluies ». Il bénéficie d’un capteur 1 pouce (un « gros » capteur pour un compact) de 20 Mp qui permet des agrandissements et de réaliser des films en 4K,  moyennant une carte adéquate (U3). Le TZ200 est aussi capable d’enregistrer en Full HD, en 50p ou 50i.

L’écran du TZ200 est non-orientable mais tactile, tous ne le sont pas (les DSC-RX100 V et VI par exemple, pourtant plus chers). Il argue aussi d’un stabilisateur d’images 5 axes ou encore du mode Photo 4K. Ajoutez une bague multifonction, et le format Raw. Vous trouverez aussi le mode Panorama, et le mode HDR.

Le TZ200 a perfectionné les points forts du prédécesseur, le TZ100 : un zoom 15x remplace désormais l’ancien 10x. L’optique s’élargit à 24 mm. Et le viseur LVF 0,21 » s’améliore à 2330K points.

Passons au test.

SOMMAIRE

**********

Le TZ200 en détail

Après le x10 du TZ100 qui était déjà le plus long zoom sur un compact 1 pouce, le TZ200 obtient une amplitude encore plus généreuse à x15. N’est-ce pas au détriment de la qualité ? Apparemment, non. On notera le faible encombrement malgré cette optique avantageuse. Au passage, la macro descend à 3 cm, un bel exploit.

Le compact argue en plus d’un mode i.Zoom (x30) qui vous fait atteindre les 900mm (FullHD) ! Utilisez l’iZoom avec parcimonie car la différence de qualité reste nettement visible entre l’optique et l’iZoom.

Au niveau « extensions » immédiatement visibles, le viseur du TZ200 est présent, mais pas la griffe porte-accessoires ni l’orientation de l’écran.

L’équivalent 24×36 est très bon en photo (25mm) et correct en FullHD mais pas en 4K, puisqu’on atteint 36 mm. En FullHD, on limite les dégâts à 30 mm (FullHD, stab. On).

J’apprécie particulièrement une fonction qui passe inaperçue : la Reprise position d’objectif. Grâce à celle-ci, le TZ200 mémorise la position de zoom qu’il a quittée avant d’éteindre le TZ200 et reprend à la même poistion lorsqu’on rallume le boîtier.

L’écran arrière de 3 pouces est tactile, il reste non articulable, non inclinable, c’est moins souple. Le couple Taille d’écran / Résolution reste courant (3 pouces / 1,24 Mp, mieux que sur le TZ100). Luminosité, saturation et contraste sont réglables.

Le capteur 1 pouce de 20 Mp n’est pas un inconnu, c’est celui qu’on retrouve sur des caméras plus hauts de gamme (HC-X1 entre autres). Le TZ200 peut enregistrer en 4K en 30p / 25p / 24p ou en FullHD (en MP4 ou AVCHD) à différents débits dont le 28 Mbits. Le progrès par rapport au TZ100 est l’enregistrement en en FullHD50p (en Pal) ou 60p. On trouve aussi les fonctions Time-lapse et StopMotion.

Sachez que l’appareil est bloqué à 20 minutes d’enregistrement (en continu) en FullHD et 15 minutes en 4K, ceci afin d’éviter un coup de chaud. Que l’appareil chauffe en revanche est normal.

Pour filmer, on peut choisir n’importe quel mode « Photo » mais le mode « Films créatifs » (M) est le plus judicieux. Le bouton vidéo (rouge) démarre l’enregistrement. Un témoin rouge clignotant confirme l’enregistrement. Mais si vous êtes en mode « Films créatifs », le déclencheur fait aussi office de bouton vidéo, il est même plus pratique à utiliser d’après mes essais sur le terrain !

Le Menu est clair et tactile mais très fouillé. Un temps d’apprentissage est requis avant de s’y habituer, n’en prenez pas ombrage, c’est parfois fréquent sur les compacts experts.

Si vous filmez en 4K, le seul choix est le 100 Mbps, ce qui vous contraint à exploiter des cartes avec le sigle 3 dans le « U ». Autre inconvénient, l’espace est réduit : 1H25 en 4K sur une carte de 64 Go. Il faudra donc bien réfléchir (ou bien s’équiper en cartes) avant d’utiliser le 4K.

Cependant, on peut enregistrer aussi en 1080p en 50p à des débits moindres (28 Mbps). Préférer l’AVCHD en 50p à 28 Mbps. Rappelons que pour le FullHD, les cartes Class 4 à 10 suffisent.

Vous disposez aussi d’un mode Scène « Haute Vitesse » à 100 images/seconde, qui délivre un ralenti en FullHD tout à fait exploitable.

Le boîtier peut aussi enregistrer dans le mode Photo 4K, mode qui capture 25 ou 30 vues fixes de 8 Mp de chaque seconde. L’avantage du mode Photo 4K est de pouvoir choisir sa vue fixe après coup, dans une qualité excellente (8 Mp au lieu de 2 Mp).

Observez qu’il existe différentes façons d’utiliser la Photo 4K : Rafale 4K, Rafale 4K (S/S) et Pré-rafale 4K. Vous retrouverez les explications sur ces modes dans cet article pratique.

Il existe aussi un mode dit de Recadrage 4K Live qui permet de zoomer (ou dézoomer) par recadrage 4K sur une séquence.

L’autonomie de la batterie DMW-BLG10E varie beaucoup selon que vous êtes en 4K / FullHD avec écran et selon les conditions d’utilisation ! Comptez entre 45 et 90 minutes !  En sollicitant seulement le viseur, vous gagnez en autonomie. La charge requiert 210 minutes.

1) au grand-angle

3) en mode i.Zoom (x30).

2) au maximum de l’amplitude optique (x15)

Le zoom est exploitable en cours d’enregistrement, la commande de zoom du TZ200 est nerveuse, mais elle produit un bruit infernal. Notez qu’en mode iA, la bague de mise au point permet de zoomer. On peut aussi se servir de la  commande sur écran.

On apprécie le viseur électronique, rare sur un compact. Mieux : la résolution est doublée, passant de 1166 à 2330 Kp pour une diagonale comparable (20-21 »).  Un viseur permet de mieux se stabiliser en basse lumière et de voir quand le soleil éblouit !

La détection oculaire, déjà en vigueur, a été maintenue. Ainsi, si vous approchez l’oeil du viseur, l’écran se désactive et vice versa.

La bague du TZ200 permet de retrouver le toucher de mise au point. En réalité la bague est multifonctions : compensation d’expo, zoom, sensibilité, équilibre des blancs et même profils d’image ! Cette bague est compliquée à manier au début, mais on s’y habitue.

Ce qui aide bien l’utilisateur, ce sont les 9 touches Fn qui permettent d’assigner n’importe quelle fonction utile non proposée par défaut.

Notez que pour la mise au point ou l’exposition, Panasonic offre la solution de la commande sur écran tactile. Le constructeur a aussi conservé le Focus Peaking (surbrillance en couleurs). Le Must demeure le Post Focus,  qui permet de gérer le point après la prise de vues.

Le grip de préhension était mal conçu sur le TZ100 (trop lisse), et s’améliore avec le TZ200, mais l’effet  « savonnette » peut se manifester lorsqu’on charge la batterie ou qu’on change de carte.

Le rendu image du Lumix TZ200 reste bon en vidéo FullHD comme en 4K sans être exceptionnel. Il semblerait que les acheteurs de ce type de compact tournent surtout en FullHD et hésitent encore à stocker leurs images en 4K.

Le piqué est bon en vidéo au grand-angle, et l’optique x 15 tient la route avec le capteur 1 pouce, mais le fabricant a sans doute dû trouver des compromis pour concilier capteur 1 pouce et qualité d’image, car j’ai trouvé la qualité au téléobjectif un peu molle. On peut reprocher notamment à l’optique de ne pas être très lumineuse au Télé (f/6.4).

Cependant, la déformation sur les bords est quasi nulle.

L’optique du TZ200 adopte une focale grand-angle de 24mm en Photo 3:2 ou 25mm à 30mm en vidéo FullHD, ce qui est plutôt bien, mais c’est nettement moins généreux en Photo 4K ou en Vidéo 4K, avec 36 mm ! Il faut prendre en compte ce paramètre si vous êtes un adepte du grand-angle.

Autre point d’importance, le stabilisateur d’images 5 axes HYBRID O.I.S.+ se débrouille bien au télé. C’est un stabilisateur optique + électronique qui bat son plein en FullHD, (moins en 4K ni en mode Haute Vitesse) car en FullHD, il corrige sur 5 axes (type hybride) alors qu’en 4K, il corrige uniquement grâce à un procédé optique.

Le stabilisateur est moins probant pour filmer en marchant. Notez qu’en photo, on dispose de deux modes de stabilisation, le 2e est une stabilisation de « balayage » permettant de corriger un vacillement lorsqu’on suit de côté un sujet avec l’appareil photo.

La balance des blancs est fiable, le rendu des teintes chair est plutôt correct. Et si besoin, vous disposez du Preset, Manuel ou choix de la température de couleurs voulue en Kelvin entre 2500 et 10000 K.

Le TZ200 sait adopter des Styles d’image (Standard, Naturel, Portrait…). La qualité de l’image peut être aussi réglée en Contraste, Netteté, Réduction du bruit, Saturation, Tonalité chromatique….

Il existe aussi un mode HDR et des Filtres Haute Dynamique, Couleur Unique, et Effet Miniature, ainsi qu’un traitement d’image spécifique mode L. Monochrome (rappel des films noir et blanc classiques).

On apprécie également de retrouver le paramètre du réglage des Ombres & lumière  qui permettra de déboucher des ombres récalcitrantes. On peut afficher l’histogramme à l’endroit désiré sur l’écran et afficher 2 zébras.

L’Autofocus à détection de contraste est fiable en vidéo même s’il peut s’avérer capricieux (hésitant). La mise au point est rapide, pas ou peu de perte du « point » lors du zooming continu. On dispose d’un AF Détection visage/yeux. On aime surtout pouvoir déplacer le collimateur de la mise au point sur écran, en regardant l’écran, ou même au besoin en continuant de cadrer avec le viseur !

Précisons que la détection de contraste et l’Autofocus reposent sur la technologie DFD (Depth From Defocus), qui brille par sa rapidité, puisque la mise au point et ses 49 collimateurs permettent d’obtenir une réactivité en environ 0,1 s.

Autre nouveauté maintenue intéressante, le « Post-Focus ». Grâce à cette fonction, on peut après coup enregistrer – à partir d’une seule et même vue – soit l’avant-plan net avec l’arrière-plan flou, soit l’inverse, ce qui est d’autant plus apprécié sur un capteur 1 pouce !

Enfin, signalons la compensation de niveau (fonction Prise de vues de niveau), pouvant corriger efficacement (à l’enregistrement) un horizon penché. Attention, cette prise à niveau ne fonctionne pas si vous avez débrayé le stabilisateur, ou si vous êtes en 4K ou encore en Vidéo haute vitesse.

La sensibilité brute accroche toujours au-delà de 800 Iso, malgré le capteur 1 pouce, elle peine d’autant que l’ouverture n’est pas terrible (f/3.3-6.4, plus faible que le TZ100 au télé en raison du x15).

En Auto, on plafonne à 3200 Iso car au-delà le grain serait trop manifeste. Le rapport signal / bruit demeure moyen.

Ce compact, fusse-t-il « expert », n’a ni entrée micro ni prise casque, et il génère un bruit audible lors de l’utilisation du zoom (même via la bague). Il s’agit d’un bruit qu’on entend dans une ambiance silencieuse, même avec du bruit.

Le TZ200 bénéficie d’un réducteur de bruit du vent (deux positions : Standard, Élevé) à utiliser avec modération car il filtre les graves ! Il en est de même du zoom Micro, lui aussi, à utiliser avec précaution car il génère du souffle.

Le DC-TZ200 intègre une mini-HDMI et une sortie mini-USB qui sert à la fois à recharger le compact avec le câble fourni (la prise secteur est aussi fournie) et à relier le compact si besoin à un PC.

Le montage avec le TZ200 n’amène à aucune consigne particulière, tous les logiciels sont compatibles avec les formats proposés.

Côté Wi-Fi, la connexion s’établit très facilement, une fois l’application Panasonic Image App (gratuite) téléchargée sur votre smartphone préféré.

**********

Exemples photo avec le TZ200

Ci-dessus, photos 20 Mp en jpeg

3 vues en mode Panorama en 7212 x 1920. Le Panorama par balayage horizontal est aisé à réaliser mais il faut prendre garde à ne pas l’effectuer trop vite ou de façon irrégulière (en hauteur) sans quoi le résultat sera raté (comme dans la 3e image).

**********

**********

Le TZ200 est un compact presque aussi complet en photo qu’en vidéo. L’optique 15x est de qualité impressionnante et le viseur est amélioré tout comme le grip. Le 4K Photo, les multiples réglages d’image et la molette multifonctions, sont un plus indéniable.

Dommage alors que la liste des reproches soit un peu longue : on regrette l’écran non-orientable, le 4K recadré (36 mm seulement), et l’absence de tropicalisation, de GPS et la qualité d’image vidéo moyenne.

Le TZ200 reste donc une bonne affaire si vous n’avez aucun compact, et comptez avant tout photographier et faire un peu de vidéo en FullHD principalement.

Côté concurrence, dans un même gamme de prix, Panasonic est son propre rival avec notamment le GX9 au format micro 4/3 et à objectif interchangeable ou encore le GX80. Sinon, le Sony DSC-RX100 Mark VI propose un zoom également intéressant (8x), très silencieux, et son écran bascule à 180°, son viseur sort come un Flash escamotable,  et les Profils d’image (tels que le S-Log2, le HLG) sont bien plus professionnels que chez Panasonic. Mais il vaut presque le double.

Zoom très étendu à 15x
Grand-angle 24 mm en photo 3:2
Stabilisation optique 5 axes HYBRID O.I.S+
Capteur 20,1MP type 1 »
Viseur de 0.21″ LVF, et 2330Kp
Mode Photo 4K
Fonction Post Focus
Bague multifonctionnelle
Grip amélioré.
Format Raw.
Détecteur oculaire
Focus peaking
AF ultra rapide (0,1 »).
Cadence Haute vitesse à 100 images/seconde.
Wi-Fi, Bluetooth
Mode Prise à niveau
Écran impossible à orienter.
Grand-angle en 4K qui « crope » à 36 mm
Faible ouverture au Télé
Effet un peu savonnette malgré le grip
Bruit du zoom audible
Débit 4K trop élevé à 100 Mbps.
Qualité vidéo moyenne
Déclenchement difficile de quelques fonctions
boîtier non tropicalisé
Le prix relativement élevé pour un compact.
Pas de GPS ni de NFC

**********

Vidéo-démo

Vidéo-démo du DC-TZ200 par PanasonicLumixVideo

ACHETER AU MEILLEUR PRIX

TÉLÉCHARGER LES FICHIERS BRUTS DU LUMIX TZ200

Le téléchargement des fichiers vidéo bruts est une exclusivité du site voyage-images.com en partenariat avec le site magazinevideo.com. Les fichiers sont stockés sur un serveur OVH qui comprend plus d’un To de données (au total). Un espace de stockage important est donc requis, c’est pourquoi le service est accessible aux abonnés Premium. Pour vous abonner à ce service (qui vous donne droit à tous les fichiers des deux sites et d’autres avantages), il vous suffit de créer un compte puis de vous abonner pour 29€.

1 Commentaire

  1. Avatar

    Merci pour cet article pédagogique et clair. J’avoue avoir eu beaucoup de difficultés de prise en main de cet appareil, sans doute par manque de pratique des fonctions numériques sophistiquées. En particulier, mon appareil reste bloqué en mode rafale 4K sans que je puisse le désactiver. Avez-vous une recommandation simple pour sortir de là? Le mode Photo 4K ne se met pas en « off ».

    Réponse

Poster votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *